22 nov. 2016

[CR] Marathon du Beaujolais




15 août 2016, Foulées du Lavoir, je gagne mon dossard pour le marathon du Beaujolais. Courir deux marathons dans la même année faisait parti de mes objectifs et ce coup de pouce du destin me met sur la bonne voie.
Les mois qui suivent me permettent de m’entraîner sans trop d'encombres contrairement à la préparation de Genève.
18 novembre 2016, nous y voilà, j'arrive à Villefranche sur Saône en ce vendredi soir pour récupérer mon dossard  (presque) sereine.

J'ai décidé de ne me mettre aucune pression de résultat, advienne que pourra!
A mon niveau, boucler un marathon c'est déjà une belle expérience, après 4h30-5h-5h30-ou plus...je m'en fiche un peu!

Samedi matin, me voilà levée aux aurores pour prendre le bus qui nous mènera au départ à Fleurie-en-Beaujolais, il est 7h00 quand nous arrivons. Les dégustations de Beaujolais nouveau ont déjà commencé, il faut être motivé à cette heure matinale, je préfère me contenter d'un café!



Je retrouve sur place, Le Runner Geek, Doum et Christophe le temps de quelques photos d'avant course, l'ambiance est au top et mon trouillomètre est à zéro...


Une photo publiée par Christophe Deporte (@christophedeporte) le

Runners et Geeks :)

Pas de pression, mais 42km ce n'est pas rien et si je n'arrivais pas au bout, et si je donnais raison à tous les détracteurs...

2000 coureurs bariolés se pressent dans le sas de départ....Bariolé, c'est vraiment le mot qui convient à ce marathon festif, des déguisements tout autour de moi, je croise tour à tour, Napoléon, une grappe de raisin, un minion, Jésus qui court avec sa croix sur son dos et beaucoup d'autres personnages atypiques, moi je suis juste déguisée en nana qui va courir...(un pur rôle de composition bien sûr)
Par contre je ne regrette vraiment pas la tenue short/T-shirt qui m'avait fait hésiter dans la semaine, malgré la fraîcheur matinale, tout le marathon va se courir sous un grand soleil.

Allez il faut partir maintenant, trop vite bien sûr...J'essaye de ralentir le pas dès que possible, c'est frustrant de se faire doubler à tout va, mais si je veux arriver au bout, pas le choix!
Je ne vais pas vous détailler la course kilomètre par kilomètre, il y en aurait pour des heures et ce CR aurait un air d'histoire de marchand de sable.
Mais voici quelques anecdotes:
-km5: l'entrée dans le premier domaine (château de Corcelles) du parcours, au son du cor de chasse, impressionnant!

-km10: descente dans les caves du chateau de Pizay c'est assez irréel comme décor de course.
C'est l'heure de ma première vidéo "tout va bien navette"



-km20: Je croise William qui court son 41ème marathon , nous arrivons à un ravitaillement où une ambiance de folie nous attend.




-je passe la mi-course en 2h22, tous les voyants sont au vert




-km 25: petit coup de mou, je savais qu'il arriverait à un moment ou à un autre, le parcours est difficile, je marche quelques dizaines de mètres de temps en temps, ma main gauche est bien gonflée (manque d'hydratation?) je desserre ma montre et je repars (le ravito tout en bonbon qui suit va lui aussi me rebooster!)



-du km31 au km35, ça grimpe avec des passages dans les bois et les vignes où la pluie des derniers jours a transformé le terrain en gadoue, pas facile d'avancer sans glisser...
A ce moment on récupère aussi les fusées du semi, je me cale sur la droite de la route pour ne gêner personne.


Le moral est revenu et je sais que plus rien ne pourra m'empêcher de franchir la ligne d'arrivée! A ce moment là on se reconnait entre coureurs du marathon, ceux du semi n'ont pas vraiment la même allure! on s'encourage, on se tape dans le dos "Allez ça va le faire", je donne autant d'encouragement que j'en reçois c'est motivant!

-km40 On entre maintenant dans Villefranche sous les clameurs du public, je calcule vite fait que le sub 5h est accrochable si je me bouge le popotin!

-km41 Au passage de la flamme rouge, la marque partenaire du marathon a installé toute une fan zone, on m'accroche un ballon gonflé à l'hélium sur lequel est inscrit "Run Happy, Finisher" c'est marrant, mais ça me gêne un peu, j'essaye de ne pas y penser, mais je n'ai même pas la présence d'esprit de l'enlever! Ce dernier kilomètre n'en fini plus; ça tourne, ça retourne dans le centre ville, mais où est cette satanée arche?? (Enfin là je suis polie, dans ma tête je l'étais moins)
Le speaker annonce mon prénom et voilà c'est fini...

Bizarre de ne retrouver personne à la fin aujourd'hui, je récupère ma médaille (qui est en fait un tastevin pour ceux qui comme moi n'y connaissent rien en vin, elle est très jolie par ailleurs) et j'allume mon téléphone, j'y vois les messages de mon chéri et les dizaines d'encouragement que j'ai reçu sur les réseaux sociaux, ça me touche beaucoup, et je me rend compte qu'ils m'ont portés pendant ces 42km!

Contente je suis! Fière oserai-je même dire!
crédit photo: Nicolas Leble
Un organisation bien rodée, une ambiance de folie, des milliers de bénévoles aux petits soins, un vrai beau marathon!

L'année de course n'est pas finie mais je peux déjà dire que 2016 aura été remplie de beaux dossards et de belles rencontres, et je peux maintenant penser sereinement à ce que sera 2017!



Rendez-vous sur Hellocoton !

10 commentaires:

  1. Bravo Marie joli récit belles photos encore bravo pour tant de volonté et de désir de finir gros bisous des Trucidiens .

    RépondreSupprimer
  2. Mercî pour ce partage et bravo pour ce deuxième marathon

    RépondreSupprimer
  3. Bravo !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! (tu crois qu'il y a assez de points d'exclamations ? ;-) )

    RépondreSupprimer
  4. pétard, ça c'est du CR, avec photos, vidéos, je ne sais pas comment tu fais pour gérer ça pendant ta course, moi qui n'arrive même pas à m'arrêter à un ravito...t'es au top ma belle, bravo pour ta course !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci :) les photos et vidéo c'était aussi un bonne excuse pour souffler un peu quand c'était dur ^^ d'ailleurs beaucoup moins d'arrêt photos vers la fin j'avais plus qu'une idée: arriver!

      Supprimer
  5. Bravo pour ta course!!!
    Et il fait drôlement envie ce marathon! Moi qui ne m'imagine pas en faire, là ça me fait envie. Le fait qu'il y ai des parties sur sentier le rend plus ludique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup:) c'est vrai que es passage de sentier rendaient la course moins monotone il faut juste faire attention aux glissades!

      Supprimer